TROIS POUR UN SEUL : Chéri – Béri – Chuppy

Une correspondante prévient l’Asenack : elle a entendu parlé d’un cavalier d’un an dont la maîtresse est décédée. La famille ne pouvant pas garder ce jeune chien fougueux, Chéri est à la recherche d’une nouvelle famille ; on a parlé de le mettre en refuge.

Et voilà comment j’arrive rapidement dans une famille d’accueil de l’Asenack qui m’ouvre les bras. Je m’appelle Chéri, je suis un grand format Blenheim plein de vie et j’adore les câlins.

Je suis donc Annick, Thierry et Bali la copine Blenheim, dans la voiture, sans problème. Je suis un peu nerveux, mais je devine que je vais connaître une nouvelle existence alors je me pose des questions. Ma maîtresse m’avait appelé Chéri mais pour m’appeler, Annick a préféré me baptiser Béri. De toute façon, je réponds à tous les surnoms gentillets.


Moi et Bali! Docile !

Je suis foufou, mais docile ; je me promène bien ; je ne tire pas en laisse ; je suis obéissant, assis, couché, j’écoute tout. J’apprends vite car je déborde d’énergie et j’ai vite compris ce que voulait dire le mot « doucement » !
Heureusement, je suis plein de bonne volonté car j’ai envie d’apprendre et de tout connaître de la vie. J’adore jouer. Annick me dit que je suis un malin, je sais même danser quand je veux quelque chose, et ça personne ne sait le faire, même pas ma copine Bali ! Mais j’ai besoin d’affection et de présence jour et nuit, je le fais savoir, je pleure dès que je suis tout seul. Heureusement, je pars travailler avec Annick et Thierry qui m’emmènent partout.

Bon, ce n’est pas tout ça mais... je cherche une nouvelle Maman moi.

L’Asenack en a une pour moi tout seul, dans les vignes, près de Bordeaux. Youpi !
Je vais passer des vignes du Beaujolais au Bordelais. Pas facile comme trajet, mais à l’Asenack rien d’impossible.
Le mari de Fredette passe par là... et hop ! Je me retrouve rapidement en région parisienne où Chantal va venir me chercher. C’est en discutant avec sa sœur Christine de l’arrivée du petit Attila, que Chantal a pris la décision d’accueillir elle aussi un Asenackien !
Je ne peux pas mieux tomber puisque Chantal vit toute seule et m’emmènera partout, même au travail au milieu d’un domaine vinicole. L’idéal pour se défouler et courir ! Je vais m’éclater et trouver la sérénité.
Le temps passe très vite et nous voici quelques jours avant Noël. Une nuit chez Christine, Olivier et Attila et voilà Béri le Chouchou comme elle m’appelle ou un gros bébé adorable en voiture, je me suis endormi... pour faire la longue route vers mon nouveau toit.


Avec mon copain Attila

Nouvelle vie, nouveau nom, me voilà baptisé Chuppy ! Nous venons de revenir de la promenade du matin.
Je suis content parce que si je fais bien mes petites affaires dehors, j’ai droit à une récompense, et dès qu'on rentre, je danse devant la boite ça marche à chaque fois !
Il parait que je suis un chien très câlin et quand on rencontre des copains, je joue jusqu'à l'épuisement. J’ai un peu de mal à demander à sortir alors ça fait des accidents mais ce n'est pas grave ; Maman Chantal m’aide bien et je vais y arriver. Mon passe temps favori, m’étaler sur le canapé pour des longues siestes en surveillant toujours Chantal du coin de l’œil, car si elle bouge, je là suis pour l'aider à faire le ménage dans chaque pièce. Je ne la laisse jamais seule car c’est vraiment un petit amour de Maman. Si elle s’assoit, je pose ma tête contre elle. Si elle se lève, je la suis de pièce en pièce. Et souvent, je lui rappelle de jouer avec moi, alors je plonge dans ma caisse à joujoux et j’en sors un au hasard, quoique que j’ai mes préférences : ceux qui font Piou-Piou, et j’avoue que je maîtrise bien le Piou-Piou ! J’ai une souris Piou-Piou qui fonctionne à merveille, je ne m’en lasse pas mais Chantal finit souvent par me l’enlever, je ne sais pas pourquoi.


Je suis un grand joueur

C'est vraiment un petit bonheur que nous vivons ensemble et nous avons pris tous les deux nos marques. Je peux maintenant me promener sans être attaché, je reste sur les talons de Chantal.
Je ne voudrais pas la perdre cette Maman-là.

Même parfois, elle m’emmène au restaurant. L'ouragan que je suis à certaines heures, a encore une fois fait l'admiration des convives qui ont apprécié mon grand calme en société. Au bureau je n'ai que des félicitations, sur ma beauté, sur ma gentillesse et mon calme. Je reste toute la matinée ou presque dans mon panier, à la regarder travailler. L'après-midi, c'est la même chose. Elle est belle ma Maman et je l’aime. Je souhaite à tous les Cavaliers de connaître cette existence de rêve.
Et je laisse le mot de la fin à ma maîtresse : « Un grand amour, un grand trésor, nous nous entendons à merveille ; je l'adore, Chuppy, ce petit chien d'amour. »


Cheri beri chuppy tout ce que vous voulez
pourvu que je reste la où je suis maintenant ouaf heureux comme tout.
A bientôt

Février 2009 :

Bonjour les asenackiens et asenackiennes !

Je voulais vous dire que je suis très heureux, moi Chuppy, vous vous souvenez de moi en 2007.
Depuis quelques mois j'ai une copine Eres, une labrador noire avec sa maîtresse la fille de ma maman à moi, ils sont à la maison et entre nous c'est la grande complicité.

Tous les jours, je vais au bureau avec maman et je suis devenu la mascotte de la propriété. Tout le monde me connaît ! Et même parfois on vient me dire bonjour en premier, avant ma maîtresse, j’ai droit à des petites caresses à longueur de journée, c’est la vie rêvée d’un cavalier, je suis comme un coq en pâte !

Maman pense souvent à tous les petits rescapés de l’Asenack, et elle se dit qu’elle a bien de la chance de m’avoir, et ne le répétez pas mais elle dit que je suis son amour, elle m’a dit que c'était la première fois qu'on la regardait comme ça, avec autant d’amour dans le regard.
Ahhh ! que j’aime ça quand on dit qu’on m’aime, c’est bien la période de la fête des amoureux non ?
Alors bonne fête à tous les asenackiens !

A bientôt
Chuppy !